20/12/2012

A propos de la repentance éternelle et de l'Algérie

Je ne suis pas nostalgique de l'Algérie française...en revanche je n'admets pas que l'on salisse la mémoire des pieds noirs et des européens tombés sous la torture du FLN provoquée par la trahison gaullo-communiste... que l'on invente des faits comme ce soi-disant massacre du 17 octobre 1961... que l'on passe sous silence l'abandon de l'agriculture apportée par les européens et abandonnée grâce à une compensation royale du général au FLN : le Sahara sur un plateau, jamais possédé par les barbaresques... que toute cette racaille stalinienne qui n'admet que sa Weltanschauung issue des "Temps Modernes" de Sartre pullule aujourd'hui dans la presse. Je suis résolument tourné vers la reconstruction de la grandeur de la civilisation européenne, mon âme regarde vers la Mittleeuropa et non vers ces chimères républicaines de colonisation et "d'éducation des races inférieures". Que l'horreur de l'expérience algérienne fasse de nous des européens. Jean Mabire avait bien compris tout ça. Si nous devons être nostalgique, ne le soyons pas de la colonisation des autres peuples qui ont le droit à leur auto-détermination, mais plutôt du courage des spartiates de Léonidas ou de l'épopée arthurienne.

Aloys Durans

Les commentaires sont fermés.